tpoa

février 2018

Nous avons participé à deux interventions à Godo de Pella pour réaliser la normalisation de l’école. Le site de Baziri a été proposé par Res Publica et nous avons décidé d’y participer. Novembre 2016 : nous avons visité le site, rencontré les personnes concernées. Le lieu de la construction a été fixé. Ainsi, il deviendrait possible de ne plus faire la classe sous une paillote.

Aujourd’hui, nous partageons la fierté de la population de Baziri dont les enfants bénéficient de cette nouvelle infrastructure.

Modestement, notre association participe au grand chantier de l’éducation qui, dans tous les pays, est le ferment de l’avenir et le garant d’un recul de la pauvreté. En plein accord avec nos partenaires, notre volonté est de fournir des outils qui donnent à la jeunesse de ce beau pays les moyens de participer activement à son développement.

Les technologies modernes bousculent nos pratiques. La jeunesse est tout à fait apte à les intégrer et à les appliquer. Il est intéressant d’observer la vitesse à laquelle ont été compris et assimilés les fonctionnements des appareils qui accompagnent notre quotidien : téléphones portables, ordinateurs…

Il ne fait aucun doute que cela va grandement contribuer à favoriser l’ardeur et le dynamisme des entrepreneurs, quelle que soit la branche de leur activité : agriculture, artisanat, industrie…

C’est l’école qui leur donne les bases du savoir, aiguise leur sens critique, doit leur donner la force d’entreprendre pour participer à la construction d’un monde meilleur.

      

décembre 2016

Du 16 au 30 novembre 2016, nous nous sommes rendus au Burkina Faso. Pour diverses raisons, certaines liées à l’actualité, nous n’avions pas fait la traversée depuis deux ans et demi. Point n’est besoin d’insister sur le plaisir que nous avons éprouvé en retrouvant le « pays » et les amis dont certains étaient venus nous rendre visite entre temps.

A la découverte de l'Association « la Couveuse »

Komki Ipala, à une trentaine de kilomètres au sud-ouest de Ouagadougou, sur la commune de Tintilou, présente l’avantage de se situer sur le « goudron ». C’est la route nationale qui permet d’atteindre Koudougou, d’une part, et Bobo Dioulasso, d’autre part. Compte tenu de l’état déplorable des pistes cette année, la situation de ce village est privilégiée. Bien qu’il faille malgré tout parcourir quelques petits kilomètres de piste inconfortable pour atteindre notre but.

Dans une salle prêtée par la mairie nous retrouvons notre ami, Benjamin Kabre, les membres de son association, essentiellement des femmes, et les enfants qui bénéficient des actions de la « Couveuse ». Après les présentations d’usage et un rappel sur l’historique de notre rencontre à Godo de Pella, nous échangeons avec les membres de l’association. Cette dernière fonctionne en tontine : apport de cotisations chaque mardi matin afin d’aider à la mise en œuvre de projets et à la scolarité des dix enfants qui sont concernés.

      

Avril 2015

Chers adhérents,

L’action des bénévoles en direction des populations défavorisées ne doit pas s’interrompre. C’est notre conviction. Modestes contributeurs auprès de Res Publica, nous essayons de mettre paroles et actes en accord. Mais se posera bientôt la question de la poursuite de l’action de notre association. Nous serions heureux d’accueillir de nouveaux adhérents.

Du 20 février au 10 mars 2014, nous avons accompagné l’équipe de Ciné-brousse dont le programme prévoyait une projection à Godo de Pella, le village où nous intervenons et dont le nom vous est devenu familier. Ce fut l’occasion de nombreuses et fructueuses rencontres et découvertes.La projection prévue à Godo a eu lieu le dimanche 2 mars. Le film Delwende a été projeté en présence du cinéaste, ce qui constituait un évènement. La soirée s’est achevée après un repas offert à l’équipe, comme c’est la coutume, et nous avons rejoint la classe numéro 2, vidée de son matériel, pour plonger dans un sommeil réparateur.

Le lendemain, ce fut l’occasion d’observer le site et de faire quelques observations. Le bâtiment inauguré en 2010 nous a donné l’impression de vieillir prématurément : les arêtes des piliers du péristyle se dégradaient ; la chape en ciment du sol des classes semblait bien fragile car à plusieurs endroits, on voyait le gravier qui en constituait le fondement. Sans oublier l’absence de joints de dilatation sur le sol du péristyle. Bref, une impression assez désagréable : comme on le dit là-bas, ça se « gâtait ». mais le découragement n’est pas de circonstance et nous avons communiqué ces informations à Madame Perrin qui est très présente au Burkina Faso et suit les différents chantiers avec un œil exercé et beaucoup d’autorité.

Le contact avec les enseignants a été excellent. Et lorsque l’heure du départ a sonné, lundi 3 mars, nous pouvons affirmer que se dégageait beaucoup d’émotion, de part et d’autre. Les enfants formaient une haie d’honneur au sein de laquelle nous avancions tandis que derrière nous, poussé par de vigoureux élèves, le quatre quatre lourdement chargé acceptait enfin de démarrer.

Depuis ce voyage, les contacts avec les enseignants de Godo sont devenus difficiles. Nous nous interrogeons sur les causes de cette difficulté à communiquer. La motivation des enseignants est-elle en train de faiblir ? L’ordinateur que nous avons fourni à l’école est-il en panne ? La connection internet connaît-elle des problèmes ? Toujours est-il que Godo ne répond plus depuis un certain temps. Nous avons donc fait appel à nos diverses connaissances locales, sans grand résultat. Un mail adressé à l’ancien directeur de Godo, monsieur Benjamin Kabre a permis de tenter de renouer le contact. Il nous a fourni les coordonnées d’une personne qui pourrait nous donner des nouvelles…

      

Avril 2014

Chers adhérents,

Sept ans, c’est, dit-on chez nous, l’âge de raison. Qu’en est-il au Burkina Faso, ancienne Haute Volta ? Après quelques voyages, 7 ou 8, nous ne les comptons pas, pouvons-nous observer quelques changements ? Dans la brousse profonde, peu de signes d’évolution. Les mêmes hommes, les mêmes femmes, les mêmes enfants parcourent des pistes que nos yeux d’européens habitués aux rubans goudronnés ont du mal à discerner parfois. Il faut toute la science de nos chauffeurs pour nous conduire sans erreur.

De nouveaux bâtiments témoignent de l’avancée des choses. Une école, des logements de professeurs, des latrines, une cuisine, un jardin d’élèves… : voilà des jalons qui nous rassurent. A Godo de Pella, il faut bien le préciser car plusieurs localités portent ce nom, nous tournons les pages d’un livre d’histoire : 1978, une première école en dur en duo avec une école sous paillotte ; 2010, un nouveau bâtiment vient remplacer la paillotte. 2012, des plaques solaires apportent un peu d’énergie électrique. 2013, un deuxième bâtiment vient finaliser la normalisation. Deux logements d’enseignants sont construits. Trois sont en projet. Il y a donc encore du pain sur la planche. Et il faudra certainement installer l’électricité dans le nouveau bâtiment.

L’accueil que nous réservent les enseignants, les enfants, la population nous fait oublier les désagréments du climat. Ici, à Godo, les gens « en veulent ». Ils expriment leurs besoins, se mobilisent pour trouver les agrégats nécessaires. Et ils disent leur espoir de voir se construire un collège pour éviter à leurs enfants de parcourir de trop longues distances.

Le directeur de l’école a changé. L’équipe est toujours aussi dynamique : une institutrice qui travaille avec six collègues masculins. Mais quelques détails nous rappellent que nous avons changé de continent. « Il n’y a plus de lumière à l’extérieur ». Réponse d’européen basique : « il faut changer les lampes ». « Nous n’en avons pas.» Nous exprimons notre surprise : une ou deux lampes d’avance rangées dans le coffre qui contient la batterie feraient l’affaire. Un prélèvement fait sur les scolarités versées par les parents d’élève suffirait sans doute pour constituer une réserve de sécurité.

      

Janvier 2014

Chers adhérents,

L'année 2013 s'est terminée en beauté: nous avons inauguré le second bâtiment de l'école de GODO. Nous étions sur place pour la cérémonie. Nous avons pu constater cette fois encore la fierté des habitants de GODO, de pouvoir compter sur notre soutien,pour la scolarisation, dans des conditions de qualité, des enfants du village. Notre action n'est pas vaine. Bien au contraire, elle montre combien il est important de monter, même avec des moyens limités (nous ne sommes pas l'UNICEF!), des projets réalistes et efficaces, dans le cadre d'un fonctionnement transparent. Aucun des fonds que nous avons pu collecter (dons, subventions) n'a été employé à autre chose que la construction des bâtiments de l'école de GODO et à leur équipement (électrification, etc.).

En ce début d’année, la tradition est de lancer l’appel à cotisation. Vous êtes informés de nos projets et vous savez que notre préoccupation est de consacrer nos finances et nos efforts à la réalisation des projets scolaires du village de Godo. Merci pour le renouvellement de votre soutien. Vous pouvez régler cette cotisation à l’entrée de l’assemblée générale (mercredi 19 mars 2014) si, comme nous l’espérons, nous aurons le plaisir de vous y retrouver. Vous pouvez également utiliser le bon d’adhésion ci-dessous et le renvoyer à notre siège.

Dans l’attente d’une prochaine rencontre, soyez assurés de notre entier dévouement à la cause qu’ensemble nous défendons.

      

Juillet 2013

Chers adhérents,

Le premier semestre de l'année 2013 s'est déroulé dans la continuité des actions déjà réalisées. Nous suivons du mieux possible la construction du deuxième bâtiment scolaire. Dans l’état actuel de nos informations, il apparaît que le chantier touche à sa fin. Godo de Pella va donc disposer de deux bâtiments scolaires, c'est-à-dire de six classes.

Un voyage est programmé au mois de novembre prochain. Mon épouse et moi-même nous rendrons à Godo pour inaugurer ce nouveau bâtiment.

Mais avant cela, je vous rappelle la prochaine soirée traditionnelle de l'association, qui aura lieu à la rentrée: le 28 septembre 2013, toujours à la salle des fêtes de Thoissey. Je vous attends nombreux pour particper à ce rendez-vous désormais traditionnel et toujours convivial.

      

Janvier 2013

Chers adhérents,

L’interview de votre président par Nicolas Stoufflet, en novembre dernier, à l’occasion de l’enregistrement du jeu des 1000 euros à Thoissey, sera diffusée sur France-Info prochainement, un samedi, plusieurs fois dans la journée dans l’émission « les uns pour les autres » (l'émission sera bien sûr podcastable).

En ce début d’année, la tradition est de lancer l’appel à cotisation. Vous êtes informés de nos projets et vous savez que notre préoccupation est de consacrer nos finances et nos efforts à la réalisation des projets scolaires du village de Godo. Merci pour le renouvellement de votre soutien. Vous savez que vous pouvez régler cette cotisation à l’entrée de l’assemblée générale (mardi 26 mars 2013) si, comme nous l’espérons, nous aurons le plaisir de vous y retrouver. Vous pouvez également utiliser le bon d’adhésion ci-dessous et le renvoyer à notre siège.

Dans l’attente d’une prochaine rencontre, soyez assurés de notre entier dévouement à la cause qu’ensemble nous défendons.

      

Juillet 2012

L’office du tourisme de Thoissey a offert une vitrine à notre association pendant tout le mois de juin. Vitrine attractive : de nombreux passants et estivants ont eu l’opportunité de découvrir les objets fabriqués par les artisans du Burkina Faso. Ils ont obtenu des informations sur nos activités.

En décembre prochain, nous renouvellerons cette opération. Les Thoisseyens manifestent de l’intérêt pour nos actions et nous interrogent souvent pour connaître la date de notre prochain déplacement. Ils nous font des propositions de dons divers. Nous les remercions chaleureusement.

Un petit rappel : prochain repas au profit des écoles de GODO de Pella le samedi 29 septembre 2012 à 20 h, salle des fêtes de Thoissey.

      

Mai 2012

Grâce à votre soutien et à votre générosité, l’électrification de l’école de Godo de Pella au Burkina Faso a été réalisée.

L’inauguration de cette installation a eu lieu le jeudi 9 février 2012 en présence des autorités locales, coutumières et civiles et des membres du corps enseignant. Vous recevrez un compte-rendu de cette manifestation et si vous avez la possibilité de consulter internet, vous trouverez sur notre site, dans quelques jours, divers témoignages de cette cérémonie.

Afin que nous puissions poursuivre nos projets dans ce village de la province du Boulkiembe située au nord-ouest de la capitale, Ouagadougou, nous vous sollicitons une fois encore. Vous savez que nous avons le désir de favoriser la scolarisation des enfants, en particulier des filles, dans ce pays où nous avons maintenant de nombreux amis. Les effectifs de chaque classe, encore très importants, montrent cependant une répartition presque égalitaire entre filles et garçons.

Nous vous remercions de l’accueil que vous ferez à ce courrier. Sachez que nous mettons tout en œuvre pour rechercher des partenaires.

      

Janvier 2012

Au nom de notre association THOISSEY-POA, j’ai grand plaisir à vous présenter mes vœux les plus sincères pour 2012.

Au Burkina Faso, nous irons inaugurer l’électrification de l’école de GODO de Pella au cours du premier trimestre 2012. Il s'agira de saluer sur place une avancée majeure dans notre projet de construction d'une infrastructure scolaire de qualité et surtout pérenne. L'école de Godo sera en effet pleinement autosuffisante au niveau de l'énergie électrique.

Je vous informe également de la date de notre prochain repas « cassoulet » : le samedi 15 septembre 2012, à 20 heures, à la salle des fêtes de THOISSEY.

Bonne année à tous.

Association Thoissey-Poa

Siège social

Mairie de Thoissey
01140 THOISSEY

Président

Jacques FERRAND
32 rue de l'Eglise
01140 THOISSEY
email

Plan du site

Mentions légales

© Association Thoissey-Poa - 2018